La Chartreuse de Sélignac

La chartreuse du Val-Saint-Martin de Sélignac fut fondée en 1202 par donation faite à Seillon par Hugues II de Coligny, mais la maison ne fut organisée que grâce à de nouvelles donations en 1212. Le 14e fut difficile, le 15e très prospère ; la crise protestante tarit le recrutement, la guerre franco-savoyarde, puis la guerre de Dix Ans ruinèrent le temporel. Une grande prospérité revint dans la première moitié du 18e siècle. En 1790, la communauté opta pour la vie commune, mais dut se disperser au terme légal d'octobre 1792. L'Ordre racheta la propriété en 1869 et reconstruisit les lieux réguliers. En vertu de la loi de 1901, les chartreux s'exilèrent à Saxon en Suisse, mais se réinstallèrent en 1928 grâce à madame Charles Tardy. En 1971, la maison contribua à la restauration de la chartreuse de Portes. Le chapitre général la ferma en 2001 et répartit les moines entre plusieurs communautés.

Pour garder à cette maison un usage lié à l’Ordre des chartreux, Dom Marcellin, Prieur de Chartreuse, la confia à quelques laïcs désirant vivre dans un esprit proche de la chartreuse. Progressivement un accueil s'est mis en place, permettant à des personnes de toute condition de vivre une retraite dans une cellule de chartreux. L'ensemble du rythme de la vie de cette maison se rapprochait autant que possible de celui de la vie en chartreuse.

Interrompu pour quelques mois, ce service reprendra sous une forme partiellement identique et partiellement différente. Voyez le projet, encore embryonnaire, dans la page Informations pratiques.